Workshop Format// Formats des Ateliers

Panel/Présentations avec discussion du panel

Title// Titre

Panel 6 Patrimoine rural matériel et immatériel au magrheb : médiations, tourisme et dévelopemment social. Ksar Ait Ben Haddou, Village de Chenini, Ksours de Tataouine et Ksar Temacine // Tangible and intangible rural heritage in Magrheb: mediations, tourism and social development in Ksar Ait Ben Haddou, Village of Chenini, Ksours of Tataouine and Ksar Temacine

DOI

https://doi.org/10.7275/ysf0-g072

Biographical Information // Informations biographiques

Hayat Zerouali est enseignante chercheure et professeure habilitée à dirriger des recherches, École des Sciences de l'Information, Rabat Maroc. Docteure en Sciences de l'Information et de la Communication de l'Université de Lorraine, ses recherches portent sur les processus de patrimonialisation des patrimoines locaux, sur la question de l'authenticité et sur l'évolution de la transmission du patrimoine et usages sociaux des technologies numériques dans des environnements de diversité culturelle, sur le recueil et la documentation des patrimoines immatériels. Elle inscrit ses travaux dans une démarche ethnographique et interactionniste qu'elle a éprouvée sur plusieurs terrains au Maroc Auteure de plusieurs articles et chapitres d'ouvrage.

Loubna Mouna Guenoun est Pilote de ligne, et exerce actuellement en tant que commandant de bord à la Royal Air Maroc. Originaire du village d'Ait Ben Haddou, engagée auprès de sa communauté, elle rejoint l'association d'Ait Aissa pour la culture et le développement fondée par son père en 1989. Elle y développe en collaboration avec les villageois un concept inédit : un village entièrement dédié au développement des arts et savoir-faire traditionnels au service du développement durable. Deux projets voient ainsi le jour le ksar musée et l'écovillage des Aits. Aprés avoir mis son énergie auprès de divers associations, son engagement actuel représente l'aboutissement d'un engagement citoyen qu'elle espère pouvoir dupliquer dans d'autres villages à travers l'association we speak citizen qu'elle a fondé. http://www.wespeakcitizen.org

Moulay Hicham Guenoun est commandant de bord à la Royal Air Maroc. Il est responsable du Comité Airport Ground Environnement de l'Association Marocaines des Pilotes de lignes. Engagé auprès de la communauté du village Ait Ben Haddou, il rejoint l'association d'Ait Aissa pour la culture et le développement où il occupe le poste de secrétaire général. Il développe en collaboration avec les villageois un concept inédit : un village entièrement dédié au développement des arts et savoir-faire traditionnels au service du développement durable. Aprés avoir mis son énergie auprès de divers associations, son engagement actuel représente l'aboutissement d'un engagement citoyen qu'elle espère pouvoir dupliquer dans d'autres villages à travers l'association We Speak Citizen dont il est président. http://www.wespeakcitizen.org

Mouna El Gaied est enseignante chercheure, Institut d'Administration des Entreprises (IAE) à Nancy, Université de Lorraine Docteure en Sciences de l'Information et de la Communication de l'Université de Grenoble, ses recherches portent sur les dimensions communicationnelles des démarches qualité dans les services y compris touristiques pour un développement territorial en zones arides et fragilisées du Sud-Est tunisien.

Nozha Smati est enseignante à l'université de Lille et chercheuse associée au laboratoire GERiiCO. Docteure en sciences de l'information et de la communication de l'université de Toulouse II, ses travaux actuels portent sur les médiations traditionnelles et numériques du patrimoine immatériel et les représentations des territoires.

Keywords

Cultural Landscapes, rural heritage, Patrimonie rural, Patrimoine rural au Maghreb, Problématiques de préservation et de valorisation, développement social, Médiations, responsible tourism, tourisme responsable

Abstract // Résumé

Dans ce panel, nous allons analyser et discuter les transformations des fonctions du patrimoine rural au Maghreb à partir de plusieurs terrains : au Maroc, en Tunisie et en Algérie. Ce qui motive cette approche maghrébine est le substrat socio-culturel et historique que les sociétés maghrébines partagent ainsi que les problématiques liées à la préservation et à la valorisation de leurs patrimoines culturels (Ahmed Skounti, 2009). Sur nos terrains respectifs, de nouvelles dynamiques aussi bien sur le plan des politiques de développement, des nouvelles formes de médiation, des nouveaux acteurs essentiellement sociaux, se construisent autour du patrimoine culturel matériel et immatériel essentiellement architectural et anthropologique.

Le travail de Hayat Zerouali, Loubna Mouna et Hicham Guennoun présente et discute le cas du Ksar Ait Ben Haddou au Maroc. Dans une interaction entre chercheur et acteurs associatifs, il rend compte d'une démarche terrain experte portée par des acteurs associatifs auprès de la population locale et de ses représentants. L'objectif étant de développer des projets de développement sociaux innovants qui valorisent l'héritage culturel local et l’inscrivent dans une mise en tourisme durable.

Pour le cas tunisien, Mouna El Gaied, à travers le cas du village berbère de Chenini dans le Sud-est de la Tunisie, interroge les possibilités de développement d’un tourisme responsable conciliant développement économique, qualité de l’offre, préservation des ressources et valorisation de la culture locale. Toujours dans cette région, Nozha Smati travaille sur des formes et des pratiques émergentes de médiation du patrimoine immatériel oral (chants et récits patrimoniaux) dans une perspective touristique alliant patrimoines immatériel et matériel. L'optique étant d’interroger les potentiels qu’offrent ces ressources patrimoniales en termes de valorisation et de mise en tourisme des ksours de Tataouine.

Enfin le cas algérien étudié par Aissa Merah questionne la valorisation du site du ksar de Temacine, situé dans le bas Sahara algérien. Son analyse porte sur les différents supports et les différentes actions de communication réalisés par les acteurs institutionnels et associatifs pour mettre en œuvre une stratégie de communication conjuguant la notion de patrimonialisation et la mise en tourisme du patrimoine culturel.

____________________________________________

In this panel, we will analyze and discuss the transformations of rural heritage functions in the Maghreb from several terrains: Morocco, Tunisia and Algeria. What motivates this Maghreb approach is the socio-cultural and historical substratum that Maghreb societies share as well as the issues related to the preservation and enhancement of their cultural heritage (Ahmed Skounti, 2009). In our respective fields, new dynamics both in terms of development policies, new forms of mediation, and new, mainly social actors, are built around the material and immaterial cultural heritage, which is essentially architectural and anthropological.

The work of Hayat Zerouali, Loubna Mouna and Hicham Guennoun presents and discusses the case of Ksar Ait Ben Haddou in Morocco. In an interaction between researcher and associative actors, he reports on an expert field approach carried out by associative actors with the local population and its representatives. The aim is to develop innovative social development projects that enhance the local cultural heritage and put it into sustainable tourism.

For the Tunisian case, Mouna El Gaied, through the case of the Berber village of Chenini in southeastern Tunisia, questions the possibilities of developing a responsible tourism reconciling economic development, quality of supply, preservation of resources and valorization of the local culture. Also in this region, Nozha Smati works on emerging forms and practices of mediation of the intangible intangible heritage (songs and heritage stories) in a tourist perspective combining intangible and material heritage. The aim is to question the potential offered by these heritage resources in terms of valorization and tourism of the Tataouine ksours.

Finally, the Algerian case studied by Aissa Merah questions the valuation of the ksar site of Temacine, located in the lower Algerian Sahara. His analysis focuses on the various supports and the different communication actions carried out by the institutional and associative actors to implement a communication strategy combining the notion of patrimonialization and the setting in tourism of the cultural heritage.

Bibliographic References // Références Bibliographiques

Berriane M. 2010, « Patrimoine et patrimonialisation au Maroc », Hespéris –Tamouda, Revue de faculté des lettres et des sciences humaines de Rabat, volume XLV pp. 11-17.

El Gaied Mouna, Meyer Vincent, "Communication, tourisme et développement territorial : l’exemple des GSOURS du sud-est tunisien", Les Enjeux de l'Information et de la Communication, n°15/1, 2014, p. 5-15, consulté le jeudi 17 janvier 2019 , [en ligne] URL :http://lesenjeux.u-grenoble3.fr/2014/01-El Gaied-Meyer/index.html.

Morelli, Pierre ; Sghaïer, Mongi (coord.) (2012), Communication et développement territorial en zones fragiles au Maghreb, Paris : L’Harmattan.

Skounti Ahmed, Le Patrimoine culturel immatériel au Maghreb : législations et institutions nationales, instruments internationaux et modalités de sauvegarde, UNESCO Office Rabat, 2009, [en ligne], disponible sur : https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000214639

Zerouali Hayat, Smati Nozha, Gellereau Michèle. Patrimoines des territoires : médiations des récits et témoignages d'acteurs locaux. Terrains maghrébins et expériences internationales. Revue des régions arides/ février 2017, actes du colloque international Gouvernance et communication territoriales, Mahdia-Tunisie, 7-9 avril 2016.

This document is currently not available here.

Share

COinS
 

Panel 6 Patrimoine rural matériel et immatériel au magrheb : médiations, tourisme et dévelopemment social. Ksar Ait Ben Haddou, Village de Chenini, Ksours de Tataouine et Ksar Temacine // Tangible and intangible rural heritage in Magrheb: mediations, tourism and social development in Ksar Ait Ben Haddou, Village of Chenini, Ksours of Tataouine and Ksar Temacine

Dans ce panel, nous allons analyser et discuter les transformations des fonctions du patrimoine rural au Maghreb à partir de plusieurs terrains : au Maroc, en Tunisie et en Algérie. Ce qui motive cette approche maghrébine est le substrat socio-culturel et historique que les sociétés maghrébines partagent ainsi que les problématiques liées à la préservation et à la valorisation de leurs patrimoines culturels (Ahmed Skounti, 2009). Sur nos terrains respectifs, de nouvelles dynamiques aussi bien sur le plan des politiques de développement, des nouvelles formes de médiation, des nouveaux acteurs essentiellement sociaux, se construisent autour du patrimoine culturel matériel et immatériel essentiellement architectural et anthropologique.

Le travail de Hayat Zerouali, Loubna Mouna et Hicham Guennoun présente et discute le cas du Ksar Ait Ben Haddou au Maroc. Dans une interaction entre chercheur et acteurs associatifs, il rend compte d'une démarche terrain experte portée par des acteurs associatifs auprès de la population locale et de ses représentants. L'objectif étant de développer des projets de développement sociaux innovants qui valorisent l'héritage culturel local et l’inscrivent dans une mise en tourisme durable.

Pour le cas tunisien, Mouna El Gaied, à travers le cas du village berbère de Chenini dans le Sud-est de la Tunisie, interroge les possibilités de développement d’un tourisme responsable conciliant développement économique, qualité de l’offre, préservation des ressources et valorisation de la culture locale. Toujours dans cette région, Nozha Smati travaille sur des formes et des pratiques émergentes de médiation du patrimoine immatériel oral (chants et récits patrimoniaux) dans une perspective touristique alliant patrimoines immatériel et matériel. L'optique étant d’interroger les potentiels qu’offrent ces ressources patrimoniales en termes de valorisation et de mise en tourisme des ksours de Tataouine.

Enfin le cas algérien étudié par Aissa Merah questionne la valorisation du site du ksar de Temacine, situé dans le bas Sahara algérien. Son analyse porte sur les différents supports et les différentes actions de communication réalisés par les acteurs institutionnels et associatifs pour mettre en œuvre une stratégie de communication conjuguant la notion de patrimonialisation et la mise en tourisme du patrimoine culturel.

____________________________________________

In this panel, we will analyze and discuss the transformations of rural heritage functions in the Maghreb from several terrains: Morocco, Tunisia and Algeria. What motivates this Maghreb approach is the socio-cultural and historical substratum that Maghreb societies share as well as the issues related to the preservation and enhancement of their cultural heritage (Ahmed Skounti, 2009). In our respective fields, new dynamics both in terms of development policies, new forms of mediation, and new, mainly social actors, are built around the material and immaterial cultural heritage, which is essentially architectural and anthropological.

The work of Hayat Zerouali, Loubna Mouna and Hicham Guennoun presents and discusses the case of Ksar Ait Ben Haddou in Morocco. In an interaction between researcher and associative actors, he reports on an expert field approach carried out by associative actors with the local population and its representatives. The aim is to develop innovative social development projects that enhance the local cultural heritage and put it into sustainable tourism.

For the Tunisian case, Mouna El Gaied, through the case of the Berber village of Chenini in southeastern Tunisia, questions the possibilities of developing a responsible tourism reconciling economic development, quality of supply, preservation of resources and valorization of the local culture. Also in this region, Nozha Smati works on emerging forms and practices of mediation of the intangible intangible heritage (songs and heritage stories) in a tourist perspective combining intangible and material heritage. The aim is to question the potential offered by these heritage resources in terms of valorization and tourism of the Tataouine ksours.

Finally, the Algerian case studied by Aissa Merah questions the valuation of the ksar site of Temacine, located in the lower Algerian Sahara. His analysis focuses on the various supports and the different communication actions carried out by the institutional and associative actors to implement a communication strategy combining the notion of patrimonialization and the setting in tourism of the cultural heritage.